Sélectionner une page

Sauvegarder les machines Hyper-V peut devenir compliqué quand vous additionnez, les volumes, les domaines, les disques, les enregistreurs VSS, les services et les problèmes qui peuvent apparaitre. Afin de garder les sauvegardes de vos machines virtuelles simples et robustes, nous avons fait une liste de 10 astuces afin de vous rendre la sauvegarde plus facile.

1. N’installez pas les rôles ou applications des autres utilisateurs sur votre hôte Hyper-V.

Votre serveur physique Hyper-V devrait avoir une fonction, être un serveur hôte Hyper-V. Il ne devrait pas avoir deux fonctions de serveur, DNS, ou pire de serveur d’application. Tout serveur non Hyper-V ou de données devrait être sur un autre serveur physique ou sur un invité Hyper-V (VMs).

Si vous ne suivez pas ce conseille, vous allez complexifier le niveau de sauvegarde et affecter la stabilité du serveur hôte. Tout problème avec un autre rôle ou application sur le serveur Hyper-V peut affecter l’invite. Même quelque chose de simple comme un patch pour une application pourrait nécessiter un redémarrage physique du serveur, et causer une interruption pour tous les invités Hyper-V ainsi que pour les services.

2. Un seul rôle ou application à chaque invite

Chaque invité Hyper-V ( VM ) devrait avoir un seul rôle ou une application. Il est assez facile de faire une autre invité, et un environnement dédié est ce qui rend les machines virtuelles si puissantes.

Pour les sauvegardes, avoir un seul rôle ou application par invité rend plus facile :

  • La récupération des invités et services.
  • Allocation des agents de sauvegarde et les licences.
  • Effectuer une restauration granulaire des données contenue dans un invité Hyper-V.

3. Concentrez-vous sur la sauvegarde de l’invité Hyper-V

L’hôte de sauvegarde fourni la plateforme, l’architecture et les processus requis pour supporter et maintenir vos invités Hyper-V (VM). Même si il est bien d’avoir une sauvegarde bare-metal du serveur entiers, la sauvegarde d’une invité Hyper-V peut être très utile parce qu’elle contient toutes les données nécessaires et utilise moins d’espace. Pour une restauration, vous pouvez juste réinstaller le serveur Hyper-V et utiliser la sauvegarde pour ajouter l’invité. Un mix d’archivage full-metal hebdomadaire et une sauvegarde journalière de l’invité constitue un bon équilibre.

4. Intégration des services Hyper-V

Les logiciels de sauvegarde peuvent utiliser un instantané VSS afin de maintenir une copie des données qui ont changées durant la sauvegarde, donc toutes les données sauvegardées sont une image des données à un instant T ( sauvegarde appelée crash-consistent ). Application-consistent signifie qu’une application compatible VSS vérifie ses propres fichiers dans l’instantanée VVS pour être sur qu’ils soient correctes. Par exemple, les informations en mémoire et les transactions de base données incomplètes sont inclues dans l’instantanée, le rendant plus précis et homogène. C’est essentiel surtout avec des applications comme Exchange et SQL.

Sans l’intégration des services Hyper-V installée, un invité Hyper-V ne sera pas compatible avec le travail de sauvegarde, vous obtiendrez alors une sauvegarde qui ne servira qu’à restaurer le système sans les données (crash-consistent). Quand vous installez l’intégration Hyper-V sur l’hôte et l’autorisé sur l’invité, les enregistreurs VSS de l’hôte et de l’invité peuvent travailler de concert pour créer des sauvegardes en ligne permettant la restauration d’applications ( Application-consistent) comme Exchange et SQL dans l’invité Hyper-V.

5. Effectuer la sauvegarde sur le serveur hôte de l’Hyper-V et non sur l’invité

La façon la plus facile de protéger l’invité Hyper-V est d’installer votre logiciel sur l’hôte Hyper-V ( serveur physique ) et d’y sauvegarder l’invité. De cette manière vous pouvez sauvegarder de multiples invités en utilisant le même travail de sauvegarde et avoir ses invités sur une seule sauvegarde.

6. Ne sauvegardez pas un objet CSV directement

Si votre invité utilise le CSV, ne sauvegardez pas l’objet CSV directement parce que le l’enregistreur VSS du serveur Hyper-V ne serra pas intégré. Sauvegarder le serveur Hyper-V afin que l’enregistreur VSS de l’Hyper-V soit utilisé pour faire des sauvegardes des données d’applications sur le CSV.

7. Ne pas mettre l’hôte Hyper-V sur le même domaine que l’invité

Cette précaution doit s’appliquer quand un de vos invités Hyper-V (VMs ) a le rôle de contrôleur de domaine. Si ce contrôleur de domaine devient indisponible vous ne pourrez vous loguer le sur le serveur Hyper-V.

8. Sauvegarder le volume entier

Quand vous créez une image d’un Hyper-V il est préférable de sauvegarder l’intégralité du volume. Ceci permet d’améliorer la performance des images utilisant la sauvegarde incrémentale ainsi que la rapidité de sauvegarde.

9. Gardez les données du système et de l’invité sur des volumes séparés

Le volume sur lequel vous installez le serveur et le volume utilisé par le serveur physique du système d’exploitation ne devrait pas être le même que celui utilisé pour stocker les données de l’Hyper-V de l’invité. Par exemple, si votre serveur physique utilise le disque C:, votre invité Hyper-V ne devrait être sur ce volume. Ils devraient avoir leur propre volumes, et ces volumes ne devraient pas contenir les fichiers systèmes, comme les fichiers de swap du serveur physique par exemple.

10. Utilisez des disques virtuels fixes

Le type de disque utilisé peut avoir un impact sur la performance de vos serveurs hôtes Hyper-V et sur l’intégrité des données, les deux sont importants pour la sauvegarde. Pour cette raison, votre serveur Hyper-V devrait utiliser des disques virtuels fixes. Utiliser plusieurs disques pour la sauvegarde ajoute de la complexité et ne permet pas d’effectuer des instantanés de VM ou des répliques Hyper-V. Les disques fixes offre une meilleur performance et assure l’intégrité des données.